ELECTIONS – Les Français de l’étranger veulent-ils des députés ?

Avec un taux de participation encore très faible et un probable renouvellement total de leurs élus à l’Assemblée nationale, les expatriés posent crûment en creux la question de leur représentation. 

Les Français de l’étranger méritent-ils d’avoir leurs propres députés ? Le débat est lancé suite au premier tour des élections législatives qui s’est traduit par un taux d’abstention très élevé (80,9%, avec une pointe à 90% dans la 8e !).
Il y a cinq ans, la participation n’était pas meilleure, mais ce famélique nombre de suffrages a crûment été mis en lumière car le vote des Français de l’étranger est intervenu une semaine avant le premier tour organisé en France. Du coup, Christophe Barbier, le célèbre éditorialiste de l’Express, n’y va pas par quatre chemins en demandant dès à présent la suppression pure et simple des députés des Français de l'étranger !

Suppression du vote électronique

Certes, plusieurs facteurs peuvent expliquer un possible désintérêt des expatriés. En premier lieu, l’abandon du vote électronique pour des raisons de sécurité a repoussé de nombreux expatriés à une lointaine distance des bureau de vote, ou les a renvoyés à la complexité des démarches du vote par correspondance ou procuration.

Par ailleurs, l’élection des députés des Français est encore jeune puisque leur apparition date de 2012 seulement. Jusque là, les Français établis hors de France étaient représentés uniquement par des sénateurs élus, eux, par des grands électeurs.
Mais il serait réducteur de considérer la faiblesse de la participation des Français expatriés à un simple désintérêt de la chose publique. Un mois plus tôt, pour la Présidentielle, ils n’ont jamais été aussi nombreux à voter, dépassant le demi-million de suffrages.

Tous les sortants… sortis ? 

Le résultat du premier tour des Législatives interpelle aussi puisque l’ensemble des sortants se retrouve en position d’être… sortis, sans ménagement. D’anciens ministres comme Axelle Lemaire (PS) ou Frédéric Lefebvre (Les Républicains au 1er tour, sans étiquette au 2ème) ont réuni moins de 10% et 15% des voix respectivement dans leur propre circonscription. L’effet Macron a forcément joué, le candidat En Marche ayant largement rassemblé chez les expats à la Présidentielle.
Mais les écarts constatés vont au-delà d’un simple rejet ou adhésion. Non, il semble plus concrètement que les Français de l’étranger peinent à identifier leur député, son action, sa mission, son intérêt pour eux et leur quotidien. L’immensité géographique de certaines circonscriptions n’aide évidemment pas (de Moscou à Wellington pour la 11e).
Les moyens modernes de communication ne compensent apparemment pas et les pouvoirs publics doivent se poser la question de la visibilité de ces élus si particuliers auprès de ce public si particulier.

Mobilisation au second tour ?

Avec des députés élus qui rassembleront à peine 20.000 voix, la représentation politique des Français de l’étranger pose naturellement question et le débat devrait s’ouvrir plus largement, la rancœur aidant.

Alors, faut-il supprimer les députés des Français de l’étranger ? Faut-il les élire par listes et abandonner l’idée, toute relative, de proximité ? Comment s’assurer de l’intérêt pour nos Français de l’étranger d’une telle représentation ? Première réponse partielle les 17 et 18 juin lors du second tour avec le taux d’abstention.

Hervé HEYRAUD Président-Fondateur (www.lepetitjournal.com) vendredi 8 juin 2017.

Lire aussi : DÉPUTÉ DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER – À quoi ça sert ?
LEGISLATIVES - Les résultats par circonscriptions 
LEGISLATIVES – Vers un grand chelem pour les candidats En Marche à l’étranger 
LEGISLATIVES À L’ÉTRANGER – Premier tour ce week-end ! Qui sont vos candidats ?
TRIBUNE : LEGISLATIVES - De regrettables dysfonctionnements mettent la démocratie à mal

 
Français de l'étranger

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Une internationale

CIAO ITALIA ! - Un siècle d’immigration et de culture italiennes en France

Tradition, culture mais aussi xénophobie et violence ont marqué l’immigration italienne en France, la plus importante de l’histoire française. Alors que jusqu’au 10 septembre, l’exposition « Ciao Italia ! » retrace ce siècle d’histoire franco-italienne au musée de l’Immigration à Paris, retour sur une période qui a permis d’imprégner la culture française.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine