TRIBUNE - Erwan Davoux : Lettre ouverte à JM Ayrault à propos de la candidature de Didier Le Bret aux Législatives

 

Erwan Davoux est le candidat Les Républicains dans la 9e circonscription des Français de l'étranger (Maghreb, Afrique de l'Ouest) pour les élections législatives. Il affrontera, entre autres, Didier Le Bret, investi par le Parti Socialiste. 

À Paris,

Le 7 mars 2017 

Monsieur le Ministre,

 

Permettez-moi d’attirer votre attention sur la situation dans laquelle se trouve placée votre administration du fait de la candidature de Monsieur Didier Le Bret aux prochaines élections législatives dans la 9eme circonscription des Français établis hors de France.

Jusqu’à la fin du mois d’octobre 2016, il incombait à Monsieur Le Bret, la lourde charge de veiller à la sécurité de nos compatriotes en sa qualité de Coordinateur National du Renseignement (CNR) à la présidence de la République. À ce titre, il a multiplié les déplacements à l’étranger en s’appuyant sur notre réseau diplomatique sur lequel il avait autorité de par ses fonctions. Certains ambassadeurs ont organisé déjeuners, réceptions, dîners ou logé sur les deniers de votre Ministère, le CNR au cours de ces déplacements[1]

Il est, néanmoins, curieux de constater la concentration des déplacements de Monsieur Le Bret de mai à juillet 2016 sur une seule zone correspondant, par un heureux hasard, à la circonscription pour laquelle il se déclare candidat, le 25 juillet, « décision prise conjointement avec le président de la République »[2], onze jours après les attentats de Nice et à la veille de l’assassinat du Père Hamel.

Je ne conteste pas que la bande sahélo-saharienne soit une zone d’intérêt importante pour le renseignement français. Je m’étonne simplement du fait qu’elle accapare entièrement l’attention du CNR avec les moyens de l’État, dans le trimestre qui se conclut in fine par son acte de candidature.

J’ai, à titre personnel, décidé de renoncer au statut protecteur de la fonction publique avant de solliciter les suffrages de mes concitoyens ; cela me parait être un gage de sincérité. Je peux comprendre que Monsieur Le Bret préfère, quant à lui, s’assurer le confort d’une solution de repli en cas de revers électoral. Cependant, je m’interroge sur son statut actuel au sein de l’administration dont vous avez la charge.

Monsieur le Bret est-il toujours en activité ou se trouve-t-il en disponibilité ? Je n’ose imaginer, comme le laisse entendre la presse, qu’un haut fonctionnaire soit rémunéré par le contribuable pour mener campagne à plein temps[3]

Pourriez-vous éclairer, Monsieur le Ministre, les électeurs de la 9ème circonscription des Français établis hors de France sur la situation administrative de Monsieur Le Bret depuis le 1er novembre 2016 au sein de votre ministère ?

Par ailleurs, je ne doute pas que, garant du respect des usages républicains, vous ayez donné des instructions claires aux postes de la circonscription pour que nos personnels fassent preuve à son égard, comme à celui de ses concurrents, de la réserve et de la stricte neutralité qui incombent à tous les serviteurs de l’État en période électorale. Si la question se pose, c’est justement parce que Monsieur le Bret se prévaut, lui-même, de sa proximité avec nombre de ses collègues en poste dans cette région. Je le cite : « Si on regarde mon CV, les ambassadeurs, c'est tous mes potes. Ils préféreront délivrer un visa si c'est moi qui le leur demande plus qu'à un secrétaire d'État »[4].

Monsieur le Ministre, comment dans ces conditions garantir la sincérité du scrutin puisque nos personnels à l’étranger interviennent directement à deux reprises dans le déroulement du vote par correspondance : lors de la réception du pli contenant le bulletin de vote et lors de l’insertion dans l’urne de ces mêmes bulletins. Les « potes » de Monsieur le Bret sauront-ils reléguer leurs préférences personnelles ?

Je m’interroge, Monsieur le Ministre, assistons-nous à une résurgence de la pratique de « la candidature officielle », celle des candidats proposés et soutenus par le pouvoir politique en place, telle que pratiquée au XIXème siècle ?

C’est en vous remerciant de l’attention que vous serez amené à déployer pour que la confusion des genres ne vienne pas fausser les conditions d’égalité devant le suffrage entre candidats que je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma très haute considération. 

 

Erwan DAVOUX

Candidat Les Républicains pour les élections législatives

9ème circonscription des Français établis hors de France

(Afrique du Nord et de l’Ouest)


[1] Article du Point du 6 octobre 2016, « Les privilèges de Monsieur Mazarine en campagne »

[2] Dépêche AFP du 25 juillet 2016

[3] Article de Libération du 21 décembre 2016, « Didier Le Bret, sortir des ombres »

[4] Article du Point Afrique du 16 février 2017, « La bataille de Tunis a commencé »

(www.lepetitjournal.com) jeudi 9 mars 2017

Lire aussi, sur notre édition de Tunis :  
INTERVIEW - Didier le Bret, candidat du Parti Socialiste aux élections législatives
RENCONTRE – Erwan Davoux, candidat "Les Républicains" aux élections législatives pour la 9ème circonscription des Français de l'Etranger

 

 
Français de l'étranger

PRÉSIDENTIELLES – Les résultats des Français de l'étranger

Les Français de l'étranger, malgré quelques couacs, sont allés voter en nombre pour ce premier tour de la Présidentielle. Et comme souvent, ils font un choix une peu différent de celui des Français de l'Hexagone, en plaçant Emmanuel Macron très largement en tête, devant François Fillon. 
Une internationale
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

PERMIS VACANCES TRAVAIL – Ce qu’il faut savoir avant de partir

Le Permis Vacances Travail permet de vivre une expérience unique, puisqu’il permet de faire un séjour longue durée à l’étranger, en ayant la possibilité de cumuler des petits boulots sur place pour se financer. Avant de s’envoler pour d’autres horizons, mieux vaut toutefois être bien préparé
Expat - Politique

PRÉSIDENTIELLES – Les résultats des Français de l'étranger

Les Français de l'étranger, malgré quelques couacs, sont allés voter en nombre pour ce premier tour de la Présidentielle. Et comme souvent, ils font un choix une peu différent de celui des Français de l'Hexagone, en plaçant Emmanuel Macron très largement en tête, devant François Fillon. 
Magazine