MOBILITÉ – Les Français, ces salariés qui n’auraient pas la bougeotte

Les Français ont-ils envie d’aller voir ailleurs et de se diriger vers d’autres contrées ? Ou au contraire sont-ils satisfaits de rester en France, agissant ainsi à contre-pied de leurs voisins européens ?

Récemment menée par ADP, une étude constate qu’en termes de mobilité, les Français ne sont pas les plus aventureux des Européens... Plutôt sédentaires, on découvre même que 46% d’entre eux n’envisagent pas de travailler à l’étranger. Juste derrière, talonnant de près les habitants de l’Hexagone, on retrouve les Britanniques, qui sont quant à eux près de 43% à déclarer ne pas vouloir déserter leur île pour un autre pays.

Pourtant l’étude nous révèle que la mobilité internationale intéresse de plus en plus de monde. En effet, près de 74% des Européens sont près à poursuivre leur carrière à l’étranger. Les petits frenchies, (accompagnés il est vrai des Britanniques, ne les oublions pas !), semblent pour leur part résister encore et toujours à l’envahisseur. 

Des chiffres à tempérer

Si d’après l’étude près de 46% des Français n’envisagent pas de s’expatrier, il faut avoir à l’esprit que ce chiffre prend en compte la globalité de la population. Car si l’on sépare les classes d’âges, en ne prenant en compte que les jeunes (16-24 ans) on remarque que près de 87% d’entre eux se disent prêts à saisir les opportunités de carrière à l’étranger qui se présentent à eux. Contre seulement 56% de leurs aînés.

Est-ce cette morosité ambiante et la crise persistante qui poussent les jeunes à vouloir partir ? Peut-être, car si l’on en croit une autre étude, menée par Deloitte et Opinionway 76% des jeunes (de 18 à 34 ans) estiment que le principal inconvénient de la France est l’état de son marché de l’emploi.   

La France plébiscitée par les Européens

On l’aura compris, la France est plébiscitée par les Français (bien sûr !) mais pas que.... Puisqu’elle rentre dans le top 3 des destinations préférées des Européens candidats à l’expatriation, derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni.

En quatrième position on retrouve la Suisse, puis l’Autriche ensuite. L’Amérique du Nord arrive étonnement loin derrière, en douzième position du classement. 

En ce qui concerne le choix des Français, ils placent dans le top 3 de leurs destinations favorites l’Allemagne, la Suisse et le Royaume-Uni, 3 pays limitrophes au territoire hexagonal.

Qu’est-ce qui peut bien pousser les Français à vouloir rester chez eux ? 

La protection sociale joue-t-elle un rôle important dans la décision de ne pas vouloir s’expatrier ? On est en mesure de se le demander quand on remarque que la France tient dans ce domaine, le haut du panier, avec les pays scandinaves. D’après les chiffres de l’OCDE, les dépenses en matière de santé représentent en France presque 11% du PIB. Soit un niveau bien au dessus de la moyenne de l’OCDE, de 8.9%.

Mais la protection sociale, ce n’est pas seulement la santé. C’est aussi l’indemnisation que l’on peut toucher en étant chômeur par exemple. En France, cette indemnisation peut durer presque 2 ans, alors qu’elle est quasiment inexistante dans certains pays. C’est le cas de l’Angleterre notamment où le montant versé est presque identique pour tout le monde, et où la durée des versements n’excède pas 6 mois.

Et bien sûr, les congés maladies et/ou maternité, et (même) les vacances, font aussi pleinement partie des avantages de notre modèle de protection sociale à la française auquel près de 63% des Français sont attachés d’après l’Ifop.

D’ailleurs, les Français expatriés à l’étranger seraient plutôt d’accord avec leurs concitoyens restés sur le territoire en ce qui concerne ces problématiques de protection sociale. D’après le baromètre Expatriés 2017 Humanis réalisé en partenariat avec le petitjournal.com*, à la question « Pour quelles raisons souhaitez-vous revenir (en France) ? Ils répondent pour le « système de santé et de protection sociale » à 23%.

Dans le même esprit, ils sont 47% à déclarer que la protection sociale et le système de soins sont ce qui leur manque le plus de la France. 

Le bonheur au travail pourrait aussi jouer un rôle, ne favorisant pas la mobilité des salariés français, puisque près 75% de nos compatriotes se déclarent heureux au travail.

Noémie Choimet (www.lepetitjournal.com) lundi 20 février 2017.

* Méthodologie : enquête réalisée en ligne en décembre 2016 auprès d'un échantillon représentatif de 2.289 Français dont 1.534 actifs résidant à l'étranger âgés de 18 ans et plus.

Lire aussi : BAROMETRE HUMANIS - LEPETITJOURNAL.COM - Les expatriés prêts à entreprendre 

 
Expat & Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il…
Une internationale

ÎLE-DE-FRANCE – Ouverture de 3 lycées internationaux

Jusqu’à l’année dernière l’Ile-de-France ne bénéficiait que d’un seul lycée international public. Mais la région semble aujourd’hui déterminée à remédier à cette situation, souhaitant devenir attirer de plus en plus de talents venus de l’étranger. Il est prévu que 3 nouveaux établissements internationaux publics voient le jour prochainement. Le premier devrait d’ailleurs ouvrir ses portes pour la rentrée 2018.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 

CARRIÈRE EXPAT – 5 trucs simples pour que le retour estival booste votre recherche professionnelle

L’année scolaire s’achève et votre recherche professionnelle n’a pas encore abouti. Dans ces circonstances, nous sommes souvent partagés entre plusieurs sentiments : le soulagement de faire une pause et de s’échapper de cette recherche qui patine ; la frustration d’interrompre le fil d’une démarche qui a été si difficile à mettre en place ; l'angoisse à l’idée qu’il faudra reprendre, qu’on ne saura plus faire à la rentrée, qu’on n’y arrivera peut-être pas ; la joie à l’idée des vacances qui se présentent.
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine