Dans le cadre de l'Absolut Fringe Festival qui a débuté samedi, l'artiste Fergal McCarthy expose une œuvre des plus étonnantes. Ses maisons vertes et rouges flotteront sur la Liffey pendant près de deux semaines, éveillant la curiosité de tous les passants.

Photos: Fergal McCarthy/Andreas Pettersson

Non, vous n'avez pas rêvé : il y a bien, flottant sur la rivière Liffey, une dizaine de maisons Monopoly, géantes, vertes et rouges. Voguant du Ha'Penny bridge au pont O'Connell, l'œuvre d'art amphibie baptisée Liffeytown est visible nuit et jour jusqu'au 26 septembre. Son créateur irlandais, Fergal McCarthy, réalise là une des œuvres les plus originales de l'Absolut Fringe Festival de Dublin.
Faites de Plexiglas, d'aluminium et de polystyrène, les maisons cubiques ont été conçues par le sculpteur Ger Clancy. "L'idée est arrivée tout simplement dans ma tête, venue de nulle part, confie Fergal McCarthy. Je n'ai pas eu de longue réflexion pour en arriver là. Le plus compliqué a été de l'organiser et de trouver une large structure pour faire flotter les maisons." Mais la première question qui vient à l'esprit, à la vue de ces habitations flottantes, est : pourquoi ? Car si elle revêt un aspect enfantin, l'œuvre n'en n'est pas moins ésotérique.

Rediriger les regards vers la rivière Liffey
" J'ai assisté au boom de la construction,
explique l'artiste. Pendant très longtemps la ville de Dublin a été occupée par une forêt d'échafaudages. Les immeubles se sont multipliés, mal conçus, avec une architecture et des matériaux déplorables." Représentant l'une de ces villes fantômes que l'on peut aujourd'hui observer à travers l'Irlande, la Liffeytown est sa façon de commenter cette folie de la construction, aux conséquences désastreuses. Les couleurs du Monopoly soulignent encore plus l'aspect immature de cette période d'avant crise.
Mais Fergal McCarthy va encore plus loin. " L'idée est avant tout de rediriger les regards vers la rivière, explique-t-il. Les habitants de Dublin n'ont pas vraiment de relation avec elle, contrairement à Paris où la Seine est mise en valeur. Ici, il y a toujours une route entre les habitations et la Liffey. Mais une fois que l'on se trouve sur un pont... c'est vraiment beau, et nous avons besoin de voir cela. " Grâce à son œuvre, première en son genre, il souhaite ainsi créer une véritable prise de conscience et replacer la Liffey au cœur de la ville.

"Nous avons besoin de bonne humeur"
Amoureux de la nature et des grands espaces, l'artiste a d'ailleurs pris l'habitude de nager dans les eaux noires et froides de la Liffey qui en rebuteraient plus d'un. " J'essaie ainsi de m'assimiler à cette ville dans laquelle je ne suis pas né. C'est aussi ma façon de vivre un peu d'aventure en plein cœur de Dublin." Mais alors qu'il relate son expérience singulière, on aurait presque envie de l'y rejoindre : "C'est extraordinaire d'être seul dans l'eau, de nager en plein milieu, là où il n'y a personne, dit-il un sourire aux lèvres. C'est magnifique, surtout le matin. On découvre la ville différemment, on voit des choses que l'on avait jamais vues, des gens me parlent depuis la rive."
Rêveur, l'artiste-poisson semble totalement en accord avec sa description du "fringe" festival : jeune, anarchique, aimant la prise de risque. "Mon œuvre reste assez naïve, je ne suis pas un expert qui va planifier de nouveaux projets architecturaux. Nous avons simplement besoin de bonne humeur, et si les passants ne perçoivent pas le sens de ces maisons, j'espère au moins que des sourires se dessineront sur leurs visages."

Laura Béheulière (lepetitjournal.com/dublin) Lundi 13 septembre 2010

 
Une internationale

ÎLE-DE-FRANCE – Ouverture de 3 lycées internationaux

Jusqu’à l’année dernière l’Ile-de-France ne bénéficiait que d’un seul lycée international public. Mais la région semble aujourd’hui déterminée à remédier à cette situation, souhaitant devenir attirer de plus en plus de talents venus de l’étranger. Il est prévu que 3 nouveaux établissements internationaux publics voient le jour prochainement. Le premier devrait d’ailleurs ouvrir ses portes pour la rentrée 2018.
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Primo-investisseurs : 3 raisons de se lancer

L’investissement locatif offre des rendements intéressants, s’adapte à des profils très différents et présente peu de risques. Bien accompagné dans vos démarches, vous êtes sûrs de ne pas rater votre placement d’avenir !
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 

CARRIÈRE EXPAT – 5 trucs simples pour que le retour estival booste votre recherche professionnelle

L’année scolaire s’achève et votre recherche professionnelle n’a pas encore abouti. Dans ces circonstances, nous sommes souvent partagés entre plusieurs sentiments : le soulagement de faire une pause et de s’échapper de cette recherche qui patine ; la frustration d’interrompre le fil d’une démarche qui a été si difficile à mettre en place ; l'angoisse à l’idée qu’il faudra reprendre, qu’on ne saura plus faire à la rentrée, qu’on n’y arrivera peut-être pas ; la joie à l’idée des vacances qui se présentent.
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine
En direct de nos éditions locales