Birmanie

LA BIRMANIE EN HEBDO – Violence dans le Rakhine, H1N1, aide humanitaire, Rohingyas, méthamphétamine, électricité...

Pendant l’été, lepetitjournal.com Birmanie passe en hebdo. Retrouvez l’essentiel de l’actualité des sept derniers jours en Birmanie.

ÉTAT RAKHINE - 6 morts lors de nouvelles violences
Les corps de trois hommes et de trois femmes ont été découverts jeudi dernier dans les montagnes de Mayu, dans l'État d'Arakan, avec des blessures par balles et à l'arme blanche, les autorités soupçonnent des insurgés Rohingyas, a appris Reuters vendredi dernier de sources gouvernementales. Les victimes sont toutes issues du groupe ethnique Myo, une petite minorité bouddhiste vivant dans une zone reculée, tout au nord de l'Etat Rakhine, où vit également la minorité musulmane des Rohingyas. "Les forces de sécurité recherchent des terroristes extrémistes après que les corps de six villageois de Kaing Gyi aient été retrouvés et que deux autres villageois aient disparu" a indiqué un communiqué officiel. Le chef du village de Kaing Gyi a confirmé le bilan donné par les autorités et a déclaré qu'un homme et une femme manquaient toujours à l'appel.  "Ils ont été poignardés avec des couteaux et on leur a également tiré dessus", a déclaré le chef du village de Kaing Gyi à l’AFP. Le gouvernement a accusé du meurtre des six villageois le groupe autoproclamé Arakan Rohingya Salvation Army (ARSA), qui a revendiqué les attaques contre les postes de police fin 2016, affirmant que les combattants de ce groupe s'en prennent aux villageois - y compris musulmans - suspectés d'être proches des autorités.   Le groupe ARSA a nié, à plusieurs reprises, avoir tué des civils, dans des déclarations publiées sur Twitter via un compte non certifié. La presse locale mentionne fréquemment des assassinats ou enlèvements de villageois par des hommes masqués. L’armée a interpellé 4 suspects.

SANTÉ – Le bilan du H1N1 est monté à 19 morts
Le bilan du virus H1N1 est monté à 19 morts en Birmanie, d’après l'agence de presse Myanmar News. Le nombre de patients confirmés atteints de la grippe H1N1 est de 183, poussant les équipes d'urgence à accélérer leurs consultations sur le terrain dans les zones les plus affectées, a indiqué le ministère de la Santé et des Sports. Dans 95 à 98% des cas, le virus peut être traité, précise le directeur général adjoint du département et laboratoire national de santé, ajoutant que le virus H1N1 n'est pas une mutation de la grippe aviaire influenza. Parallèlement, les parlementaires birmans ont présenté une motion appelant le gouvernement à mener une grande campagne de sensibilisation pour empêcher la propagation du virus, soulignant le besoin d'introduire des vaccins préventifs contre cette épidémie. La Birmanie avait déjà dû faire face à une épidémie de grippe au cours de la mousson en juillet, la grippe aviaire H5N1, qui avait mené à l'abattage de 5 000 poulets.  

AIDE HUMANITAIRE - La Chine offre une aide pour lutter contre le H1N1
Le gouvernement chinois a envoyé de l'aide humanitaire en Birmanie pour prévenir la propagation de la grippe H1N1, a déclaré en fin de semaine dernière le ministère chinois du Commerce. Le ministère travaillera en collaboration avec les autres départements gouvernementaux pour offrir du matériel de lutte contre la maladie, dont la Birmanie a besoin en urgence. 

ROHINGYAS – L’enquête gouvernementale innocente les forces de sécurité
Une commission d'enquête du gouvernement birman a rejeté dimanche 6 août les allégations de crimes contre l'humanité et d'épuration ethnique imputées à l'armée contre la minorité musulmane des Rohingyas, dont les forces de sécurité font l'objet de la part des Nations unies. Cette commission a enquêté sur les violences qui frappent l'Etat Rakhine, depuis l'attaque par des militants Rohingyas, en octobre dernier, de plusieurs postes de police proches de la frontière avec le Bangladesh.  Plus de 70 000 Rohingyas ont fui la région vers le Bangladesh voisin, dans la foulée d'une campagne de répression de l'armée birmane lancée après ces attaques meurtrières.  L'offensive menée par l'armée a duré plusieurs mois et abouti, selon le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme, à un "nettoyage ethnique" et "très probablement" à des crimes contre l'humanité, comme il le dénonçait dans un rapport publié en février. Aung San Suu Kyi a également rejeté la proposition de l'ONU d'envoi d'une mission d'enquête onusienne sur les exactions contre les Rohingyas, et estime que la commission d'enquête gouvernementale est une réponse adéquate. Lors de l’annonce de ses conclusions, cette commission a affirmé ne pas avoir trouvé de preuves que les forces de sécurité birmanes aient mené une campagne systématique de viols, de meurtres et d'incendies criminels.  Des "actions excessives" ont probablement été menées par des membres des forces armées ayant un rang subalterne, a-t-elle indiqué dans un communiqué. Mais "certains incidents (violents) semblent avoir été inventés... d'autres avaient peu de preuves pour être vérifiés", a-t-elle détaillé. La commission d'enquête a également pointé du doigt le rapport de l'ONU datant de février. Ce dernier détaillait, d'après des témoignages de Rohingyas réfugiés au Bangladesh, les exactions de l'armée birmane, de la police et parfois des villageois qui ne sont pas issus de la minorité Rohingya: viols collectifs, meurtres, tortures.  Mais "aucun cas de ce type n'a été découvert" a répondu la commission d'enquête, estimant que les conclusions de l'ONU manquaient d'équilibre et ne reconnaissaient pas la gravité des attaques des militants Rohingyas.

FAUNE – Un éléphant empoisonné par des braconniers 
À la suite d’une information, une équipe composée de membres du département des forêts, de la police et des autorités forestières a fouillé la forêt du village de Tin Chaung, située dans la région de l’Irrawaddy, et a trouvé un éléphant mourant, empoisonné par une flèche certainement tirée d’une arbalète selon les premières constations. "Il était entrain de mourir lorsque nous l’avons trouvé. Les braconniers devaient être cachés quelque part en attendant que l’animal décède. Nous avons dû quitter l’endroit car l’éléphant, âgé de 26 ans, à essayer de nous attaquer. Il est mort plus tard dans la soirée" a précisé le responsable du Département des forêts de la région. Dans cette zone, neuf éléphants ont été tués de la même façon par des braconniers, d’après les autorités locales. Les réserves forestières de Pathein, Ngapudaw et Thabaung abritent des éléphants sauvages. Les sections locales ont suggéré de conduire des patrouilles de contrôle autour de ces forêts et de mettre en place des contrôles routiers sur l’axe Pathein-Monywa, plaque tournante du trafic. En 2016, 13 éléphants sauvages ont été victimes du braconnage dans la région.

MÉTHAMPHÉTAMINE – La police saisit 20 millions de comprimés
Les autorités birmanes ont annoncé la saisie de vingt millions de comprimés de méthamphétamine lors d’un raid mené dans plusieurs maisons de la ville de Tachileik dans l'Etat Shan, zone frontalière avec la Thaïlande. Trois hommes et une  adolescente de 15 ans ont été interpellées lors de ce raid, ont indiqué les autorités. En plus  des vingt millions de comprimés de méthamphétamine, plus de 600 000 cachets d'ecstasy ont également été saisis dans ces maisons. La police a également saisi des moules permettant de frapper les cachets des signes "999" ou "WY", des logos bien connus des autorités thaïlandaises. La région est une plaque tournante du trafic de méthamphétamine, envoyée de là vers la Thaïlande et le reste de l'Asie du Sud-Est. En Birmanie, un comprimé de méthamphétamine coûte quelques dollars, mais se revend ensuite bien plus cher une fois quittée cette région du Triangle d'Or.

CAOUTCHOUC – La Birmanie représente 1,6% de la production mondiale
Il y a plus de 90 pays producteurs de caoutchouc à travers le monde, et 80% d’entre eux sont en Asie. Entre le mois d’avril et juillet de cette année, la Birmanie a exporté 10 000 tonnes de caoutchouc par voie maritime et 30 000 tonnes par voie terrestre via le commerce transfrontalier. Environ 75% des exportations se font par les postes frontières de Muse et de Chinshwehaw. Cette année, la Birmanie exporte du caoutchouc à six pays dont principalement la Chine, la Malaisie et le Japon, selon le ministère du Commerce.

ÉLECTRICITÉ -  4,19 millions de foyers connectés d’ici mi-2017
Près de 3,7 millions de foyers ont obtenu l’accès l'électricité en 2016 et 4,19 millions sont prévus pour la mi-2017, d’après un rapport de l’agence de presse Myanmar News Agency. Sur les 63 859 villages dans le pays, 31 804 sont maintenant connectés au réseau électrique. Grâce à un prêt de la Banque Mondiale, d’un montant de 300 millions de dollars, le gouvernement met en œuvre un programme national d’électrification donnant la priorité de connexion à 630 000 familles dans un premier temps, puis à 7,5 millions de foyers dans un second.  Toujours selon les informations de ce rapport, un prêt accordé par le gouvernement allemand a permis de connecter au réseau électrique 416 villages situés à Taunggyi, Loilem et Linkhe dans l’État Shan.  Ajoutant qu’un total de 1 484 villages, à travers toute la Birmanie, devraient avoir accès à l’électricité en 2017-2018.

Vendredi 11 Août 2017 (www.lepetitjournal.com/Birmanie)

 

 

 

A la Une en Birmanie
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine