Barcelone

EMPLOI - Le problème des contrats temporaires en Espagne

La crise économique de 2011 a laissé des traces sur l'économie espagnole. Même si la récession semble s'éloigner comme le montrent les bonnes prévisions de l'OCDE dans son dernier rapport, la situation de l'emploi dans la péninsule n'en reste pas moins préoccupante. Entre précarisation et contrats temporaires, l'Espagne a encore des défis à relever pour retrouver une stabilité économique totale.

 (photo domaine public) Présenté par le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurría et le ministre de l'Économie, de l'Industrie et de la Croissance, Luis de Guindos, le rapport de l'OCDE, Études économiques de l'OCDE: Espagne 2017, acte la solidité du redressement économique dans le pays grâce aux réformes mises en place. À ce titre, l'OCDE a relevé les prévisions de croissance pour 2017 de deux dixièmes (jusqu'à 2,5% du PIB). Toutefois, le rapport montre aussi les problèmes restants, notamment celui des contrats temporaires en Espagne. Malgré la récupération, un quart des travailleurs espagnols a aujourd'hui un emploi temporaire, à savoir la plus grande proportion des pays de l'OCDE derrière la Pologne. Ce chiffre est encore plus grand lorsqu'on s'intéresse aux jeunes, puisque 60% d'entres-eux ont aujourd'hui un contrat temporaire. D'autre part, les emplois temporaires sont en constante augmentation, et sont encore plus importants dans le secteur public. En Catalogne, ils ont augmenté de 24,1% dans l'Administration et les entreprises publiques en 2016 et de 10,5% dans le secteur privé. Même si l'occupation augmente, elle va de pair avec une grande rotation de l'emploi. Pour chaque nouveau poste, 28 contrats sont nécessaires en Catalogne, 40 au niveau étatique. 

La précarisation de l'emploi
Contrats temporaires, faible qualité de l'emploi, la situation tend vers une précarité chaque fois plus importante. En effet, cette croissance des emplois temporaires, en plus de montrer une précarité structurelle, est aussi source de vulnérabilité pour les employés qui n'ont pas accès aux droits dont bénéficient les personnes disposant d'un contrat à durée indéterminée, notamment la sécurité de l'emploi. Dans son rapport sur la conjoncture de travail publié le 2 février dernier, le syndicat CCOO (Confederacion Sindical de Comisiones Obreras) insiste sur cette précarisation des conditions de travail et de l'emploi en Espagne. Il ressort de ce rapport que la précarité de l'emploi dans ses différentes formes touche l'essentiel de la population de la péninsule: temps partiel, emploi autonome ou encore dévaluation salariale, mais aussi augmentation des inégalités et de la pauvreté du travail. Parmi les contrats de travail, nombreux sont ceux à temps partiel. De même, dans de nombreux cas, les heures supplémentaires ne sont pas payées contribuant un peu plus à cette précarisation généralisée de l'emploi. Entre le premier trimestre 2013 et le troisième trimestre 2016, 1,42 millions d'emplois salariés ont été créés dont 76% sont temporaires. De même, l'emploi partiel est passé de 11,1% du travail salarié en 2007 à 15,8% en 2016.

Le problème des aides en Espagne
Autre point soulevé par le rapport de l'OCDE, la difficile position des travailleurs comme des chômeurs au niveau des aides sociales. En effet, peu d'aides sont proposées par le gouvernement pour soutenir les Espagnols puisqu'elles ne représentent que 0,5% du PIB. Or, puisque qu'une grande partie des travailleurs ont des emplois temporaires ou à temps partiel, leurs revenus sont bas, ce qui contribue une fois de plus à leur vulnérabilité. Le rapport sur les droits sociaux dans les communautés autonomes et la crise économique montre ainsi que la majorité des communautés autonomes ont diminué les prestations comme le revenu minimum d'insertion, en réduisant le montant comme le nombre de bénéficiaires de l'aide. En Catalogne, des mesures restrictives ont ainsi été prises dès 2011, La Rioja quant à elle a limité le nombre de mensualités. Le Pays basque est la communauté autonome qui possède le revenu minimum d'insertion le plus élevé (665 euros), Murcia de son côté a le plus faible qui est de 300 euros.

Les conseils de l'OCDE pour améliorer la situation
Après avoir pointé du doigt les problèmes de l'Espagne concernant le marché de l'emploi et les conditions de travail des Espagnols, l'OCDE propose une série d'idées pour changer la situation et permettre d'avancer vers une résolution. Elle montre ainsi que l'État espagnol doit mettre en place rapidement des mesures pour contenir la croissance du non-emploi et de l'emploi temporaire de façon à améliorer la situation. Pour ce faire, l'OCDE conseille notamment de renforcer les aides sociales en étendant leur portée et leur dotation aux sans-emplois. Elle propose également de maintenir partiellement ces aides une fois un emploi trouvé afin de permettre une stabilisation de la situation des travailleurs et ne pas décourager la recherche d'emploi. Par ailleurs, conditionner les prestations à la recherche active d'emploi se présente comme la meilleure façon de sortir de la pauvreté dans la mesure où cela permettrait de garder un contact avec le marché du travail. En parallèle, l'OCDE conseille de réorganiser la coordination des prestations actuelles (rente active d'insertion, programme de requalification professionnelle PREPAR et programme d'action pour l'emploi) afin de les rendre plus efficaces. Enfin, l'idée serait également d'améliorer la protection sociale avec un appui aux bas revenus en renforçant la formation et les aides à la recherche d'emploi.

Clémentine COUZI (www.lepetitjournal.com - Espagne) Mardi 21 mars 2017
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter
Téléchargez notre application pour téléphone mobile via Itunes ou via Google Play

 

GRÉGOIRE POLET: "La crise a été un catalyseur de l'esprit de rupture en Catalogne"

Écrivain belge de langue française, traducteur et docteur en Lettres à l'Université catholique de Louvain, Grégoire Polet est aussi spécialiste de la littérature espagnole. Curieux et intéressé par tout ce qui l'entoure, les villes qu'il a traversées deviennent fondamentalement des sujets pour ses romans. Ayant vécu à Barcelone entre 2008 et 2015, Grégoire Polet nous présente son livre Barcelona!. Lepetitjournal.com l'a interviewé pour vous à…
Actualité Espagne

CANNABIS - Que dit la loi espagnole sur la consommation ?

Dans l'imaginaire commun, il existe un flou autour de la législation sur le cannabis en Espagne, avec l'idée, pour la majorité des Français, que la loi est beaucoup plus permissive pour les consommateurs de haschich dans la péninsule. Mais qu'en est-il vraiment? Les Espagnols sont-ils réellement plus "laxistes" que les Français? Lepetitjournal.com revient pour vous sur la législation espagnole afin d'y voir plus clair
Une internationale

PRÉSIDENTIELLES – Les résultats des Français de l'étranger

Les Français de l'étranger, malgré quelques couacs, sont allés voter en nombre pour ce premier tour de la Présidentielle. Et comme souvent, ils font un choix une peu différent de celui des Français de l'Hexagone, en plaçant Emmanuel Macron très largement en tête, devant François Fillon. 
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

PERMIS VACANCES TRAVAIL – Ce qu’il faut savoir avant de partir

Le Permis Vacances Travail permet de vivre une expérience unique, puisqu’il permet de faire un séjour longue durée à l’étranger, en ayant la possibilité de cumuler des petits boulots sur place pour se financer. Avant de s’envoler pour d’autres horizons, mieux vaut toutefois être bien préparé

COACHING - Être pilote de sa vie, ça veut dire quoi ?

Aujourd’hui, j’ai fait une très belle rencontre à Shanghai et cette personne m’a posé une excellente question : “Pour toi, c’est quoi être pilote de sa vie ? Comment est-ce que je peux avoir un peu plus la sensation d’être pilote de ma vie ?”
Expat - Politique

PRÉSIDENTIELLES – Les résultats des Français de l'étranger

Les Français de l'étranger, malgré quelques couacs, sont allés voter en nombre pour ce premier tour de la Présidentielle. Et comme souvent, ils font un choix une peu différent de celui des Français de l'Hexagone, en plaçant Emmanuel Macron très largement en tête, devant François Fillon. 
Magazine