Bangkok

PALUDISME - Une souche résistante progresse dans la région du Mékong

Une forme de paludisme résistant au traitement standard est en passe de devenir majoritaire dans certaines régions du Mékong, ont annoncé jeudi des chercheurs, mettant en garde contre sa propagation à d'autres zones comme l'Inde ou l'Afrique.

Cette maladie due à des parasites transmis à l'homme par des piqûres d'insectes a touché 214 millions de personnes en 2015 et fait 438.000 morts, surtout en Afrique subsaharienne chez les jeunes enfants.

Le traitement standard est à l'heure actuelle l'artémisinine - mise au point dans les années 1970 par la chercheuse chinoise Tu Youyou - associée à d'autres traitements antipaludéens.

Au cours de la dernière décennie, les scientifiques ont suivi de près la propagation d'une souche de paludisme résistante à ce médicament clé, selon une étude publiée jeudi dans The Lancet Infectious Diseases.

Détectée pour la première fois dans l'ouest du Cambodge en 2007, cette forme de paludisme s'est depuis propagée dans le nord-est de la Thaïlande, le sud du Laos et l'est de la Birmanie.

"Ce qui se passe c'est qu'un type de parasites apparu dans l'ouest du Cambodge s'est débarrassé des autres et s'est propagé", a expliqué à l'AFP, Nicholas White de l'unité de recherche en médecine tropicale de l'université Mahidol à Bangkok qui a mené les recherches.

Jusqu’ici, la lignée dominante a été détectée dans des zones du Cambodge, de la Thaïlande et du Laos, mais pas en Birmanie -passerelle vers l’Asie du Sud-Est- mais les chercheurs estiment que ce n’est qu’une question de temps pour qu’elle progresse vers l’ouest.

Pour les spécialistes des maladies tropicales, l'émergence de cette souche évoque un précédent historique inquiétant.

Deux vagues de malaria résistant aux traitements standards étaient apparues dans les années 1950/1960 en Asie du Sud-Est puis s'étaient répandues en Inde et en Afrique où elles ont fauché des millions de vies.

La première était une souche résistant à la chloroquine, première génération de molécule antipaludéenne dans les années 50. La seconde dans les années 60 était une souche résistant à la génération suivante de médicament qui associait la sulphadoxine et la pyriméthamine.

L’armée chinoise était venue à la rescousse lorsqu’une chimiste, Tu Youyou, découvrit l’artemisinin dans les années 70, au cours d’un projet secret destiné à protéger ses allés nord-vietnamiens de cette maladie débilitante dans leur guerre contre les Etats-Unis.

--

LIRE AUSSI

PALUDISME - Les résistances aux médicaments confinées à l'Asie du Sud-Est

L’OMS transfère le bureau du programme anti-paludique au Cambodge, zone résistante au traitement

SANTE – La Thaïlande en lutte contre un paludisme ultra-résistant

Palu : risque de prolifération de parasites résistants en Asie

Le temps est compté

La découverte, couplée avec des mesures anti-moustiques, a produit des résultats significatifs contre le paludisme au cours des dernières décennies.

Les progrès sans précédent dans la lutte contre le paludisme sont un des plus grands succès de l'histoire médicale, mais les scientifiques craignent un recul si la dernière génération de parasites résistants n'est pas traitée.

"Il y a eu trop de discussions et pas assez de travail à ce sujet", a averti Nicholas White soulignant qu'"aujourd'hui, nous n'avons pas de malaria qui ne puisse être traitée, mais cela devient de plus en plus difficile à traiter".

Pour Arjen Dondorp, l'auteur principal de l'étude, un effort mondial majeur est nécessaire pour arrêter la dernière génération de paludisme.

"Une fois en Afrique, ce serait une catastrophe, car c'est là que se trouvent la plupart des cas de paludisme dans le monde", a-t-il déclaré.

Les efforts des médecins sont gênés par l’absence d’avancée telle que celle de l’arteminisin.

Certains nouveaux médicaments sont développés avec "plusieurs molécules" qui semblent prometteuses, indique Dondorp, mais les phases de test prennent du temps.

En attendant, un cocktail de trois médicaments produit des effets contre la dernière souche de paludisme, même si celle-ci peut devenir résistante.

Pendant ce temps, estime-t-il, le Cambodge, la Thaïlande et le Laos doivent traiter de manière intensive et avec "un usage innovant de médicaments" les zones souvent éloignées, pauvres et inaccessibles, où les souches émergent.

Avec AFP (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) lundi 13 février 2017


Bangkok
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

PERMIS VACANCES TRAVAIL – Ce qu’il faut savoir avant de partir

Le Permis Vacances Travail permet de vivre une expérience unique, puisqu’il permet de faire un séjour longue durée à l’étranger, en ayant la possibilité de cumuler des petits boulots sur place pour se financer. Avant de s’envoler pour d’autres horizons, mieux vaut toutefois être bien préparé
Expat - Politique

PRÉSIDENTIELLES – Les résultats des Français de l'étranger

Les Français de l'étranger, malgré quelques couacs, sont allés voter en nombre pour ce premier tour de la Présidentielle. Et comme souvent, ils font un choix une peu différent de celui des Français de l'Hexagone, en plaçant Emmanuel Macron très largement en tête, devant François Fillon. 
Magazine