Bangkok

ISABELLE MICHELET – "La Thaïlande est pour moi beaucoup plus qu’un simple pays d’accueil"

Chaque semaine, le club d’expatriés francophones Pass-Partoo interviewe chaque semaine l’un de ses membres, parmi lesquels Isabelle Michelet, spécialiste des Ressources Humaines résidente en Thaïlande depuis plus de 25 ans et qui entretient une relation intime avec la Thaïlande. Lepetitjournal.com, partenaire média de Pass-Partoo, a souhaité partager cette interview

PASS-PARTOO : Quand et pourquoi avez-vous choisi de vous installer en Thaïlande ?
ISABELLE MICHELET : Ce fut le résultat d’une drôle d’histoire, d’amour et de politique ! Au Vietnam depuis 3 ans, dans une position unique (j’étais la seule femme, et la seule étrangère – non-communiste de surcroît – à travailler avec le gouvernement vietnamien, pour faciliter les investissements étrangers), je fus prise dans le tourbillon de règlements de compte en préparation du 7e congrès du parti communiste. Dans le cadre d’une conspiration pour ruiner les chances du Secrétaire General Nguyen Van Linh dans ses tentatives de démocratiser le système, je fus accusée d’être une espionne pour la CIA. Aussi grotesque que cela pût paraitre, ce genre d’accusations à l’époque ne nécessitait pas de preuves. C’est ainsi que mise en état d’arrestation, je dus quitter le pays avec une petite valise et rien d’autre. Après quelques mois d’errance en Asie du Sud-Est, je me suis décidée à accepter l’offre d’un ami qui voulait mon aide pour lancer un projet d’investissement en Thaïlande. Ma vraie motivation toutefois était que dans le cadre du dernier projet sur lequel j’avais travaillé au Vietnam (une compagnie aérienne), j’étais tombée amoureuse de l’un des dirigeants de Thaï Airways ! C’est ainsi que je me suis retrouvée installée en Thaïlande en 1991. Je n’en suis jamais repartie.

Un mot sur votre parcours personnel d’expatrié depuis votre installation jusqu'à aujourd’hui ?
Après quelques mois passés à aider mon ami sur son projet d’investissement, je fus recrutée en tant que Directrice Pays par Corporate Resources Group, une entreprise internationale de conseil en gestion de ressources humaines basée en Suisse et présente dans 60 pays. C’est ainsi que je me suis lancée dans la grande aventure des ressources humaines, un domaine dont je fis progressivement ma spécialité. Au bout de quelques années, je repartis au Vietnam pour y ouvrir un bureau CRG en joint-venture (douce revanche !), puis élargis mon champ d’action sur toute la région Mékong. En 1997, j’obtins des propriétaires du groupe de me laisser créer et diriger une unité globale de recherche sur la façon dont l’évolution très rapide de l’environnement socioéconomique, provoquée par l’intégration des technologies numériques et connectées dans le monde des affaires et du travail, allait impacter la GRH. Un travail qui me passionna jusqu’à ce que CRG fusse vendue au géant américain William M. Mercer en 1999. Une grosse période de transition, accentuée par ma grossesse au même moment, qui se solda par mon départ de Mercer en 2001 pour créer avec trois collègues et amis, notre propre entreprise, Prasena. Le concept de cette entreprise de conseil était de mettre en application les résultats des recherches que j’avais menées depuis 4 ans, ce que nous fîmes avec bonheur jusqu’à fin 2009. Alors terrassée par une très grave maladie qui me coûta presque la vie, je mis plus d’un an à réapprendre la vie. Même si ma maladie reste incurable, je survécus et réussis à la garder sous contrôle. Il en fut autrement de Prasena. L’entreprise mise en sommeil et l’équipe dispersée, je repris progressivement en freelance des activités professionnelles de conseil, de formation et d’enseignement – que je continue aujourd’hui.

Lire la suite sur Pass-Partoo-thailande.com

(http://www.lepetitjournal.com/bangkok) jeudi 16 mars 2017


Bangkok
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

PERMIS VACANCES TRAVAIL – Ce qu’il faut savoir avant de partir

Le Permis Vacances Travail permet de vivre une expérience unique, puisqu’il permet de faire un séjour longue durée à l’étranger, en ayant la possibilité de cumuler des petits boulots sur place pour se financer. Avant de s’envoler pour d’autres horizons, mieux vaut toutefois être bien préparé
Expat - Politique

PRÉSIDENTIELLES – Les résultats des Français de l'étranger

Les Français de l'étranger, malgré quelques couacs, sont allés voter en nombre pour ce premier tour de la Présidentielle. Et comme souvent, ils font un choix une peu différent de celui des Français de l'Hexagone, en plaçant Emmanuel Macron très largement en tête, devant François Fillon. 
Magazine